Fonds Fiduciaire d’Urgence (FFU)

Le Fonds Fiduciaire d’Urgence (FFU)

En 2015, pour faire face aux différentes crises à l’œuvre dans plusieurs pays d’Afrique (migration irrégulière, stabilité, sécurité alimentaire, etc.), l’UE a mis en place un Fonds Fiduciaire d’Urgence (FFU) de l’Union européenne pour l’Afrique, abondé principalement par l’UE et ses Etats membres. L’objectif de ce Fonds est de financer des projets, en complément des financements existant, qui permettent de soutenir tous les aspects de la stabilité et de contribuer à la lutte contre les causes profondes des phénomènes de déstabilisation, des déplacements forcés et de la migration irrégulière.

 

Le FFU est un instrument dont les 4 priorités opérationnelles sont :

  • Favoriser la croissance économique inclusive par l’appui à l’emploi et au développement économique.
  • Favoriser une migration et une mobilité ordonnées sûres et responsables.
  • Favoriser l’accès des populations aux services de base: accès aux besoins alimentaires, aux soins de santé, ainsi qu’à l’éducation, tout en renforçant le rôle social de l’Etat et la capacité des pays à mieux faire face à moyen et long terme aux chocs et aux vulnérabilités.
  • Contribuer à la sécurité et à la prévention des conflits et à l’amélioration de la gouvernance.

 

Le FFU couvre trois régions : le Sahel et Lac Tchad, La Corne de l’Afrique et l’Afrique du Nord.

 

Début avril 2019, le FFU représentait une enveloppe de 4,2 milliards d’euros, dont 88% proviennent de l’UE. Cela a permis le financement de 193 programmes pour un total de 3,8 milliards d’euros, dont environ la moitié pour la seule zone du Sahel et du Lac Tchad.

 

A ce jour, les projets en cours ont permis, dans cette zone du Sahel et du lac Tchad, de :

  • créer 13 500 emplois et organiser la formation professionnelle de 23 600 personnes
  • fournir des services sociaux de base à 3 millions de personnes
  • aider 24 000 migrants au retour volontaire depuis les pays d’origine et de transit, et d’assister 57 000 personnes après leur retour en facilitant leur réintégration économique et sociale